Sinadeg / Pétition

change.org

N’omp ket ar re nemeto o stourm! Tro hon eus bet da gejañ en hañv diwezhañ gant dileuridi pobloù Gwiana e Jeneva e Kuzul gwirioù Mab-den. Sinomp asambles ganto.

Nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour nos droits !
Nous avons rencontré les délégués des peuples autochtones de Guyane au Comité des droits de l'homme à Genève l'été dernier.
Signons l'appel solidairement.

 

Droits de l'enfant. Ratification réclamée par les bretonnants

Aujourd'hui, le 26e anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant est célébré. Ce texte a fait progresser la protection de l'enfance. Reste qu'étonnamment, la France n'a toujours pas ratifié son article 30. L'article 30 de la Convention internationale des droits de l'enfant dit ceci : « Dans les États où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques ou des personnes d'origine autochtone, un enfant d'origine autochtone ou appartenant à une de ces minorités ne peut être privé du droit d'avoir sa propre vie culturelle, de professer et de pratiquer sa propre religion ou d'employer sa propre langue en commun avec les autres membres de son groupe ».

Lire la suite : Droits de l'enfant. Ratification réclamée par les bretonnants

La France et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires

Par Jean-Marie WOEHRLING 

Expert consultant auprès du Conseil de l'Europe :

 

LIRE 


 

Langues régionales. L'Assemblée dit oui à la ratification de la charte

Ouest-France 29/01/2014

Les députés ont adopté, ce mardi, la proposition de loi visant à modifier la Constitution pour ratifier la charte des langues régionales.

361 voix pour, 149 contre. Les députés ont adopté à une large majorité la proposition de loi visant à modifier la Constitution pour ratifier la charte européenne des langues régionales ou minoritaires.Ouest France 29 01 2014

Lire la suite : Langues régionales. L'Assemblée dit oui à la ratification de la charte

Langues régionales. La voie est ouverte

Le télégramme 29 01 2014Le Télégramme 29/01/2014

Les députés se sont prononcés, hier, à une large majorité, pour le texte qui permettra de modifier la Constitution, indispensable pour ratifier la charte des langues régionales. La voie de la ratification est ouverte. Mais hier, ce n'était qu'uneétape, un « tour de chauffe ».

Celui qui a défendu le texte à l'Assemblée, le Finistérien Jean-Jacques Urvoas, était un peu inquiet, lundi soir. Il redoutait que les troupes ne soient pas au rendez-vous. Certains socialistes traînaient même des pieds. Pas en Bretagne cependant. Hier soir, bel et bien soulagé, il ne pouvait que se féliciter et saluer les députés. Il fallait « se compter » pour pouvoir avancer. C'est fait ! 361 pour, 149 contre : la barre des 3/5èmes des suffrages exprimés était bien dépassée. C'est donc par un vote massif, qui va bien au-delà de celui des socialistes, que les députés se sont prononcés en faveur de la proposition de loi permettant une modification de la Constitution pour ratifier la charte européenne dite « des langues régionales ou minoritaires ». Satisfaction dans les rangs de
ceux, de tous bords, qui se battent pour les langues régionales. Pas de triomphe cependant. Ils le martèlent tous : ce n'est qu'une étape.

Lire la suite : Langues régionales. La voie est ouverte

Intervention trilingue de Paul Molac sur la ratification de la Charte des langues régionales

 

Intervention trilingue du député apparenté Union démocratique bretonne Paul Molac sur la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires lors de la séance du 23 janvier 2014.

 

Langues régionales : La France en débat

Entretien mercredi 22 janvier 2014 en direct sur TV5 Monde avec Tangi Louarn et Laurent Gajo, linguiste à l'université de Genève, pour l'émission 64' dédiée au débat sur les langues régionales 

 

Emission 64' sur TV5 Monde 22 janvier 2014 

 

Les députés face aux langues régionales

Ouest-France - Bretagne - 20.01.2014

La Charte européenne des langues régionales va être discutée mercredi à l'Assemblée nationale. Kevre Breizh alerte.

La coordination culturelle Kevre Breizh, qui regroupe les principales associations, fédérations et groupements culturels bretons, met en garde. « C'est un enjeu important. Il faut que la modification de la Constitution n'aggrave pas la situation. Cela ne sert à rien si c'est pour limiter l'application de la charte », alerte Tangi Louarn, président de Kevre Breizh.

Pour rendre possible la ratification de la Charte européenne des langues régionales, il faut réformer la Constitution. Sur les 98 engagements de la Charte, « trente-neuf dispositions ont déjà été déclarées conformes par le Conseil constitutionnel. Il faut les appliquer de façon volontariste dans le cadre du Pacte d'avenir pour la Bretagne afin de populariser le bilinguisme et les langues régionales dans le quotidien », insiste donc Kevre Breizh.

Lire la suite : Les députés face aux langues régionales

TOP